Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Relation sentimentale
Mer 30 Avr - 2:06 par blondine

» réglement à signer svp
Mer 30 Avr - 1:58 par blondine

» prensentation blondine
Mer 30 Avr - 1:51 par blondine

» videos de moi même
Mar 15 Fév - 17:54 par Admin

» le site de call voyance.
Mar 15 Fév - 13:16 par Admin

» le site franco voyance.
Mar 15 Fév - 13:15 par Admin

» Iléna ma petite fille
Mar 15 Fév - 13:09 par Admin

» et oui moi 3
Mar 15 Fév - 13:08 par Admin

» les anges 3
Mar 15 Fév - 13:06 par Admin

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland
Forum
Août 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier Calendrier


L'Ange exterminateur

Aller en bas

L'Ange exterminateur

Message  Admin le Sam 26 Sep - 20:00

A l'exemple du saint roi David, Ezéchias, nous dit l'Ecriture, fit ce qui était bon et agréable devant le Seigneur ; et Dieu qui, pour augmenter les mérites de ses fidèles, leur envoie parfois l'épreuve amère, n'épargna point à ce serviteur cette marque de sa bonté, cette pierre de touche de la véritable fidélité.
Ezéchias avait eu, depuis quatorze ans, un règne prospère et glorieux, quand à la prospérité succéda l'adversité. Sennachérib, roi des Assyriens, envahit la Palestine, assiégea et prit une à une les villes de Judée. En vain, Ezéchias essaya de le fléchir en lui livrant tous les trésors de l'Etat et du temple ; Sennachérib accepta les trésors et ne donna pas la paix demandée.
Il envoya sous les murs de Jérusalem, Rabsacès, général de ses armées, proférer devant le peuple réuni les menaces les plus terribles. Lui-même écrivit à Ezéchias : « Prenez garde, lui dit-i1, de vous laisser séduire par votre Dieu ; vous seriez le seul qui échapperiez à ma puissance. »
Aux menaces, Sennachérib ajouta les promesses. Les juifs effrayés ou séduits voulaient à tout prix se soumettre au puissant roi des Assyriens. Ezéchias, en ce cruel embarras, recourut à la prière ; il se rendit au temple.
« Seigneur, Dieu d'Israël, qui êtes porté sur l'aile des Chérubins, vous seul êtes le Dieu de l'univers, le Créateur du ciel et de la terre... Délivrez-nous, Seigneur, des mains de ce roi, afin que toutes les nations apprennent que vous êtes le seul Dieu. »
Isaïe, le voyant d'Israël, ranime son courage. Il le rassure au nom du Seigneur. « Le roi des Assyriens n'entrera pas dans la ville : il ne tirera pas de flèches contre ses murailles, les remparts ne seront point forcés. »

Cependant Sennachérib arrive devant Jérusalem, il dresse ses tentes au midi, près de la piscine supérieure, et commence les travaux du siège.
Isaïe s'adresse au Seigneur : « Dieu d'Israël, s'écrie-t-il, ayez pitié de nous qui mettons en vous notre espérance, frappez ces ennemis de votre gloire... »
Or, le Seigneur lui répondit : « Je vais descendre sur la montagne de Sion pour combattre mes ennemis, pareil au lion rugissant qui se précipite sur sa proie... Tel que l'oiseau qui passe en volant, ainsi l'Eternel passera bientôt sur Jérusalem, pour sauver son peuple, renouvelant les prodiges qu'il fit autrefois en Egypte, lorsqu'il passa durant la nuit, épargnant les maisons des Hébreux, frappant les Egyptiens, leurs oppresseurs. »
Sennachérib presse les travaux du siège. Les préparatifs terminés, remettant au lendemain l'assaut décisif, il donne à ses troupes une journée de repos. Tout est calme, le temps, les assiégeants, les assiégés.
Le soir arrive et tout est terreur. L'air s'obscurcit, les vents se déchaînent, un orage épouvantable éclate, le fracas du tonnerre retentit de vallée en vallée, les éclairs se succèdent avec une effrayante rapidité, la terre tremble, les tours des assiégeants s'écroulent, une grêle semblable à une pluie de pierres écrase tout ce qu'elle frappe. « C'est le Seigneur, dit le prophète, c'est l'Eternel. »
Durant la nuit terrible, nuit striée de livides éclairs, l'Ange de la mort a passé. Quand l'aube paraît, un lamentable spectacle s'offre aux regards consternés du puissant roi des Assyriens : cent quatre-vingt-cinq mille cadavres gisent dans la plaine.
Saisi d'effroi, Sennachérib rallie en toute hâte les débris de son armée et s'enfuit vers Ninive. La mort l'attendait là. Alors qu'il priait devant l'image de ses faux dieux, deux de ses fils le percèrent de leur épée.

Dieu éprouve le juste pour ajouter à ses mérites, à sa récompense. Mais l'épreuve n'a qu'une durée limitée ; elle se termine par le triomphe. Jamais je n'ai vu le juste abandonné jusqu'au bout, dit le psalmiste. L'orgueil du méchant s'est accru de l'humiliation du juste ; il ricane. En vain, l'opprimé s'incline, fait toutes les propositions, toutes les concessions compatibles avec sa dignité, avec sa confiance, le méchant exalté, grisé, n'écoute point sa prière.
Le juste n'a plus de recours qu'en Dieu, et Dieu ne trompe point son espoir.
L'épreuve est finie, l'impie succombe, il connaît l'infortune à son tour, la disgrâce suprême, la mort.
L'Ange des vengeances divines a passé, fauchant l'impie de son aile ; il n'est plus ; le bruit même de son nom s'évanouit comme un écho dans une dernière malédiction de ceux qu'il a opprimés. Telle est l'oraison funèbre, la récompense du méchant, de l'homme puissant qui a renié Dieu et ses frères

Admin
Admin

Messages : 272
Date d'inscription : 20/09/2009
Age : 57
Localisation : limoges

Voir le profil de l'utilisateur http://cristalarchanges.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum